EnglishFrench

La Première Dame du pays remet de l’aide au centre URUMURI de Gitega, et aux patientes y hospitalisées.

Son Excellence la Première dame du Burundi et représentante légale de la Fondation Bonne Action UMUGIRANEZA, Madame Angeline Ndayishimiye, a effectué, le 18 Mars 2021, une visite dans le centre de traitement des fistules obstétricales (CTFO) de Gitega (centre du pays) dans l’objectif de se rendre compte de l’état d’avancement des activités d’extension dudit centre et d’octroyer des aides  à ce centre et aux patientes y hospitalisées. De ces aides estimées à 140 millions de fbu, le CTFO en a bénéficié entre autres des tables d’opération des fistules obstétricales, des outils informatiques et des médicaments. Quant aux femmes y alitées, elles ont reçu du sucre, du matériel vestimentaire et hygiénique, des pâtes dentifrices, d’un poste téléviseur, etc.

Dans son allocution de circonstance Son Excellence Madame NDAYISHIMIYE a fait savoir que les aides en question se présentent comme une réponse aux problèmes dudit centre tel qu’on les lui avait soumis, le 14 Août 2020, à l’occasion du lancement officiel de la campagne de sensibilisation contre les fistules obstétricales. “Nous avons préféré amener ces dons en ce mois Mars du fait que celui-ci est internationalement dédié à la femme et avons voulu manifester notre compassion avec patientes et leur procurer une allégresse”, a argumenté, Son Excellence Madame Angeline NDAYISHIMIYE. Elle a saisi l’occasion pour prodiguer des conseils aux uns et aux autres. Aux filles qui se marient avant l’âge réglementaire, elle a recommandé d’en découdre avec cette pratique, arguant qu’elles sont la cible privilégiée des fistules obstétricale pour cause de leur corps encore immature. Aux femmes, elle demandé de faire des consultations prénatales pour pouvoir bénéficier des conseils de la part des prestataires de santé.

La Premiere Dame Angeline NDAYISHIMIYE s’est inscrite en faux contre les hommes qui stigmatiseraient leurs épouses atteintes de fistules obstétricales, expliquant que la femme en devient victime alors que l’homme a été partenaire dans la conception de la grossesse dont les complications à naissance entrainent lesdites fistules. Souvenez-vous, a-t-elle rappelé aux hommes, vous promettez à Dieu et à l’État que vous partagerez le bien et le mal avec vos épouses. Il faut alors respecter la parole donnée, a-t-elle fait un clin d’œil.  Face à l’insuffisance des médecins traitant les fistules obstétricales, Madame NDAYISHIMIYE a promis qu’ensemble avec le ministère de la santé et le FNUAP, ce problème sera résolu.

Auparavant, le représentant du directeur pays du FNUAP, le ministre de la santé publique et le gouverneur de la province avaient convergé, dans leurs communications, sur des paroles qui louent la compassion de la première dame du pays à l’endroit des femmes en situation de difficulté. Quant au responsable du CTFO, il a rapporté que les travaux du chantier d’extension dudit centre avancent à sa satisfaction. Par ailleurs, il a précisé que le personnel à sa disposition ne ménagera aucun effort pour œuvrer à la satisfaction des patientes.

Fondation Bonne Action UMUGIRANEZA

Support for Humanitarian Actions in Burundi





Need Help? Chat with us